L'homme/femme sans complexe

le travestisme dans toute sa féminité pour ceux qui aiment se transformer en femme. Venez discuter entre nous, partager vos expériences, vos photos, ici par contre rien de pornographique..

c'est l'administrateur du forum

Dim 18 Fév - 18:40 par zephy

Coucou les Loulous ,, je suis passer sur se lieu que je trouve super!!!!

Derniers sujets

» c'est l'administrateur du forum
Ven 23 Fév - 21:19 par zephy

» la pub du forum
Jeu 22 Fév - 21:31 par zephy

» Partenariat avec le forum
Jeu 22 Fév - 21:22 par zephy

» Propositions de partenariats entre vous et nous
Jeu 22 Fév - 21:12 par zephy

» Petit Q
Mer 21 Fév - 21:27 par zephy

» LES HOMOPHOBES, DOIVENT S'ADAPTER.
Mer 21 Fév - 21:02 par zephy

» Ode à la travesti
Mer 21 Fév - 19:51 par zephy

» Petite histoire indiscrète de la silhouette
Mer 21 Fév - 19:42 par zephy

» La porte
Mer 21 Fév - 19:35 par zephy

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 5 le Jeu 1 Mar - 17:45

Les posteurs les plus actifs de la semaine

Sondage

partenariat

bonjour Fais la demande sur partenariat-pub

    petite histoire de la cravate

    Partagez
    avatar
    zephy
    Admin

    Messages : 74
    Date d'inscription : 17/02/2018
    Age : 68

    petite histoire de la cravate

    Message par zephy le Mer 21 Fév - 19:01

    histoire de la cravate


    La cravate était un attribut vestimentaire particulier d'un régiment de hussards croates créé sous Louis XIII, et dont l'uniforme comprenait une écharpe blanche dont la mode gagnera la cour de France. Ce régiment de cavalerie légère recevra de Louis XIV, en 1666, le nom de Royal-Cravates2. Il est aujourd'hui le 10e régiment de cuirassiers de l'armée française. Le mot cravate tire de là son origine, une déformation du mot croate.

    La mode du port de la cravate en Europe paraît débuter au XVIIe siècle. Elle commence alors à remplacer les jabots de dentelle, qui eux-mêmes avaient supplanté les fraises, plus encombrantes et certainement moins confortables. La cravate est alors généralement une large bande de coton ou de lin, décorée de dentelles. Cette bande est enroulée autour du cou et nouée sur le devant en laissant pendre les deux extrémités.

    Sous Louis XIV, on commence à agrémenter ce nœud de rubans multicolores. C'est également le Roi Soleil qui crée la « fonction » de « cravatier ». Celui-ci dépend du « Grand Maître de la Garde Robe » dont la charge a été créée en 1669. Le cravatier appartient donc aux services de la chambre du roi et a le statut d'écuyer. Sa fonction est alors de choisir et d'ajuster la cravate du roi, mais également les boutons de manchette et les diamants.

    Vers la fin du XVIIe siècle, c'est au tour de la cravate dite Steinkerque de faire son entrée. Elle apparut lors de la bataille des Flandres du même nom. C'est une cravate au nœud simple dont on passe l'un des pans dans la boutonnière. Celle-ci disparaît au début du XVIIIe siècle pour faire place à de nouvelles modes, notamment le « stock ». Cette dernière est modifiée vers la fin du XVIIIe siècle par l'ajout d'un ruban noir entourant le cou et maintenant les cheveux derrière la tête. Cette cravate est la plus connue de ce siècle, et on la retrouve d'ailleurs dans bon nombre de reconstitutions historiques de l'époque.

    Malgré quelques débats houleux sur la place sociale de cet accessoire, la Révolution française ne viendra pas à bout de la cravate, bien au contraire. Alors que les Français s'essaient à une cravate très bouffante, dite à la Garat, du nom du comédien l'ayant popularisée, les Britanniques ne jurent que par la cravate blanche aux nœuds complexes, à l'instar de Brummell, grand dandy de son époque. Ce type de cravate, de couleur noire, devient alors à la mode en France.

    Peu de temps après, face à la difficulté de nouer ce genre d'accessoires (la plupart étant d'ailleurs vendus déjà montés), apparaît la cravate « Régate » qui est véritablement l'ancêtre de notre cravate actuelle. C'est d'ailleurs au même moment qu'apparaît le nœud papillon moderne. Le cravatier new-yorkais Langdorf aura l'idée en 1924 de la couper en diagonale et de l'assembler en trois parties pour en simplifier l'usage. Une invention de taille qui viendra donner à la cravate son aspect actuel.

    La cravate aujourd’hui

    Au fil des siècles, la cravate a évolué en suivant les codes de la mode. Pour preuve, entre les années 1960 et le début des années 1980, la largeur de la cravate a augmenté de 14 centimètres. Ces cravates extra larges accessoirisaient très bien les pantalons "pattes d'éléphant" et les chemises à col "pelle à tarte" des années disco. Pendant la décennie suivante (années 1980) la cravate fine, également appelée « slim », la cravate tricot (appelée aussi cravate en tricot de laine) ou la cravate en cuir connaissent leurs heures de gloire.

    Accessoire masculin elle s'est par la suite déclinée en un accessoire féminin, mais demeure, dans cet usage, assez marginale.

    Aujourd’hui la cravate « standard » varie entre 7,5 cm et 8,5 cm de largeur sauf pour la « slim fit » des années 1960 qui fait son grand retour avec une largeur de 5 à 7 cm.

    Accessoire usuel de la mode, la plupart des maisons de mode masculine en réalisent. Elle concurrence le nœud-papillon comme accessoire du costume pour les grandes occasions et reste un élément de la tenue habituelle voire de la tenue règlementaire de certaines professions. Certains la considèrent cependant comme un accessoire trop sérieux, symbole du conformisme, surtout depuis les années 1980. Face à ce sentiment, une mode venue des États-Unis, autorise les cadres à ne pas porter la cravate le vendredi, veille du week-end. C'est le Friday Wear, ou Casual Friday.

    En Allemagne, la cravate portée dans le cadre professionnel indique souvent les orientations politiques du porteur, sauf dans le cas d'un uniforme (comme celui des policiers).


      La date/heure actuelle est Dim 22 Avr - 6:47