L'homme/femme sans complexe

le travestisme dans toute sa féminité pour ceux qui aiment se transformer en femme. Venez discuter entre nous, partager vos expériences, vos photos, ici par contre rien de pornographique..

c'est l'administrateur du forum

Dim 18 Fév - 18:40 par zephy

Coucou les Loulous ,, je suis passer sur se lieu que je trouve super!!!!

Derniers sujets

» c'est l'administrateur du forum
Ven 23 Fév - 21:19 par zephy

» la pub du forum
Jeu 22 Fév - 21:31 par zephy

» Partenariat avec le forum
Jeu 22 Fév - 21:22 par zephy

» Propositions de partenariats entre vous et nous
Jeu 22 Fév - 21:12 par zephy

» Petit Q
Mer 21 Fév - 21:27 par zephy

» LES HOMOPHOBES, DOIVENT S'ADAPTER.
Mer 21 Fév - 21:02 par zephy

» Ode à la travesti
Mer 21 Fév - 19:51 par zephy

» Petite histoire indiscrète de la silhouette
Mer 21 Fév - 19:42 par zephy

» La porte
Mer 21 Fév - 19:35 par zephy

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 5 le Jeu 1 Mar - 17:45

Les posteurs les plus actifs de la semaine

Sondage

partenariat

bonjour Fais la demande sur partenariat-pub

    petite histoire du bijou

    Partagez
    avatar
    zephy
    Admin

    Messages : 74
    Date d'inscription : 17/02/2018
    Age : 68

    petite histoire du bijou

    Message par zephy le Mer 21 Fév - 19:10

    HISTOIRE DU BIJOU

    Depuis la nuit des temps, l’homme arbore des bijoux. L’homme préhistorique portait les dents ou les griffes des animaux qu’il avait combattus et vaincus pour prouver sa force et sa vaillance. Tout au long de l’histoire, pour affirmer son rang, sa puissance, sa lignée, il se pare de boucles d’oreilles, de colliers, de bagues. L’extravagant Henri III portait des boucles d’oreilles chamarrées aux multiples pierres précieuses.

    Le bijou à cette époque était essentiellement masculin et il a fallu la ténacité d’Agnès Sorel, favorite de Charles VII, pour transformer l’attribut et l’apanage du pouvoir en ornement et accessoire de la beauté. Ses premières apparitions firent scandale : elle dévoilait sa poitrine (elle avait dit-on des seins superbes) ce qui ne choquait pas outre mesure, mais elle osait porter des bijoux, ce qui n’était absolument pas toléré. Son roi l’aimait et il créa une exception pour sa maîtresse.

    L’histoire tourmentée de la belle qui réveilla l’ardeur guerrière de son roi ne finit pas bien. Nous savons maintenant qu’elle est morte assassinée à 28 ans. Mais le bijou avait fait un pas énorme, de symbole de pouvoir, il était devenu ornement de la beauté.

    ~~~~

    Histoire des bijoux



    Préhistoire

    L’usage d’ornements corporels remonte à des temps très anciens. Véritable manifestation de la révolution symbolique, on estime que leur première présence remonte au temps des premiers graphismes. Les bijoux les plus anciens identifiés sont des coquillages percés qui dateraient d’environ 75 000 ans. Ces coquillages, découverts en Afrique du Sud, présentaient des perforations et des facettes d’usure, ce qui tente à prouver qu’ils furent bien portés.

    Au niveau européen, les travaux de Yvette Taborin sont une référence. Grâce à l’analyse menée sur différentes parures, il semble que l’on puisse distinguer deux types :

    Les parures issues de la collecte (L’intervention de l’homme se limite à l’apport de systèmes de suspension)
    Les parures inventées (L’intervention de l’homme modifie drastiquement le matériau d’origine)

    A cette époque, les parures étaient principalement conçues à partir de coquillages et de dents d’animaux. En ce qui concerne ces dents animales, certaines études ont permis de constater une différence de corrélation entre la faune utilisée et leur milieu de vie naturel ; ce qui pourrait indiquer des échanges entre les peuples. En ce qui concerne les coquillages, les spécialistes constatent qu‘ils sont issus d’espèces vivantes, mais aussi de gisements fossiles.

    A la préhistoire, les matériaux les plus utilisés pour la conception de parures étaient l’os, le bois, l’ivoire, ou encore les bois de cervidés. Et c’est seulement au néolithique que l’on voit apparaitre les premières utilisations de perles. Cependant, ceci ne correspondait pas à notre conception actuelle des perles dans le sens où elles étaient façonnées dans de nombreuses matières telles que le coquillage ou l’os. De plus, on distingue une diversification des objets d’ornements assemblés dans une multitude de formes.


    L’antiquité

    La véritable première révolution propre au domaine de la bijouterie eut lieu au début de l’antiquité qui fut marquée par l’apparition du métal. Avec la découverte de l’or, de nombreuses techniques d’orfèvrerie vont rapidement se développer telles que le filigrane, la granulation et l’emboutissage. Ceci va rendre possible le développement d’un nouveau type de parures de très grande qualité.

    Suite à cela, un grand nombre de bijoutiers vont voir le jour au sein du bassin méditerranéen en ensuite migrer vers d’autres comptoirs commerciaux pour accroitre les échanges. Forts de leur expérience, ils emportent avec eux un savoir-faire et des techniques qui se perfectionneront au fur et à mesure de leur voyage.



    De l’antiquité à aujourd’hui

    En Europe, ce sont les Celtes qui seront les premiers reconnus pour la qualité de leurs parures et leurs bijoux. Bien présent dans l’inconscient collectif, les peuples précolombiens étaient culturellement attachés aux bijoux façonnés en or.

    Les historiens ont constaté que la mode des bijoux est restée relativement inchangée pendant plusieurs siècles, souvent réservée à des usages codifiés. Avant la première guerre mondiale en France, les bijoutiers avaient l’habitude de sélectionner les pierres pour les bijoux et parures en fonction du rang du futur acquéreur. Et c’est grâce à la révolution industrielle que va véritablement se démocratiser le bijou. En effet, c’est la production en série qui va permettre de les rendre accessibles à tous.

    Tournant dans l’histoire des bijoux, l’or est donné aux gouvernements pour participer à l’effort de guerre et les artisans sont réquisitionnés dans l’industrie des armes. On assiste à un changement de matières dans la création de bijoux qui sont alors faits de métaux moins nobles tels que le fer, le cuivre ou l’aluminium. De plus, c’est aussi avec l’épanouissement de la femme dans la société que de nouvelles tendances plus stylisées vont émergées. L’alliance de nouveaux matériaux et de plus anciens donne naissance à des bijoux fantaisie, désormais considérés comme des créations à part entière.

    La Seconde Guerre mondiale aura aussi un fort impact sur l’industrie joaillière lors de laquelle on constate de nouveau une recrudescence des bijoux simples. Heureusement, les bijoux reprendront rapidement leur place avec la fin de cette période de l’histoire.

    Depuis le milieu de XXe siècle, trois secteurs se sont différenciés :


    La joaillerie qui fabrique des pièces dans des métaux précieux en série limitée

    La bijouterie fantaisie qui produit de nombreuses pièces en série, utilisant souvent des matériaux innovants comme le plastique.

    La bijouterie artisanale qui fabrique des pièces uniques en série limitée

      La date/heure actuelle est Ven 22 Juin - 20:41